Marathon de Paris: Retour sur expérience de Benoît

Challenge sportif au marathon de Paris 2019

Dans cette interview, nous relatons l’expérience de Benoît, un sportif entrainé par notre coach Salvatore pour participer au marathon de Paris. Retour sur une expérience pas comme les autres…

Comment avez-vous vécu la préparation physique et mentale de ce marathon ?

« Tout est parti d’un challenge simple. Je me suis lancé le défi : « 42 ans, 42 Km » !

Salvatore était alors déjà mon coach depuis quelques temps et de savais qu’il lui était déjà arrivé de préparer des clients au marathon avant moi. Je me suis donc lancé à ses côtés en toute confiance.

Selon lui, il était important que je ne me prépare pas trop tôt. Il était primordial que j’évite à tout prix de me blesser ou de me démotiver avant la course. J’ai donc commencé réellement l’entrainement début janvier 2019.

Le planning était clair. Il comprenait trois entrainements hebdomadaires avec au programme :

  • Un cours de renforcement musculaire (abdominaux, gainages, saut et fractionnés)
  • Une course de 45 minutes pour travailler le rythme
  • Une course plus lourde pour améliorer l’endurance (1h30 à 2h environ)

L’important était avant tout selon mon coach sportif de favoriser un entrainement léger mais régulier pour préserver mon corps.

D’un point de vue purement physique, j’ai pu ressentir des douleurs aux chevilles sur les dernières semaines d’entraînement. Cela m’a conforté dans l’idée qu’il ne fallait pas pousser mon corps de façon démesurée.

Bien que mon fonctionnement naturel soit particulièrement « militaire » j’ai pu apprécier que Salvatoire soit derrière moi afin de m’accompagner dans mes efforts et de m’encourager au quotidien pour tenir le rythme d’un planning chargé. »

Quel a été selon vous le principal intérêt de travailler avec un coach ?

« C’est l’expertise que je suis allé chercher. Il est important d’avoir un professionnel sur qui se reposer lorsque l’on envisage une épreuve sportive à laquelle on n’a jamais participé. C’est à la fois un levier d’encouragement et une manière de sécuriser l’entrainement.

Le suivi opéré par Salvatore m’a également poussé à me dépasser dans l’effort, notamment lors des compétitions officielles réalisées au cours de ma préparation (2 fois 10 km et un semi marathon). »

Quelles ont été vos principales sensations pendant la course ?

« J’en garde un souvenir extraordinaire. On démarre sur les Champs Elysées, c’est beau et particulièrement agréable de courir dans la ville de Paris.

Lorsque l’on est bien préparé, on n’est pas inquiet. Les 25 premiers km étaient donc pour moi relativement faciles.

Passé ce cap, j’ai commencé à avoir mal aux jambes et l’effort est devenu plus difficile.

Au kilomètre 32, j’ai réalisé qu’il était fort probable que je fasse un meilleur temps que celui que je m’étais fixé au départ (4 heures). J’ai été très ému à ce moment là. Cela m’a par ailleurs poussé à me donner jusqu’au bout de la course.

J’ai eu la chance d’être accompagné par un collègue sur les dix derniers kilomètres de la course. Cela a contribué à renforcer ma motivation à ne rien lâcher jusqu’à la dernière seconde. »

Avec le recul, que voudriez-vous partager de cette expérience ?

« Je ne pensais pas faire un aussi bon temps, j’éprouve donc un véritable sentiment de fierté quant à cet évènement. Salvatore a très bien fait son travail. Je considère que j’ai été particulièrement bien accompagné.

J’ai également pu constater l’importance du renforcement musculaire dans la préparation d’une course. En l’absence de renforcement musculaire, je sais que mon corps n’aurait jamais pu tenir la distance.

Je crois enfin qu’il est important d’être accompagné et soutenu par son entourage quand on se lance un tel défi que celui du marathon de Paris. Personnellement cela m’a beaucoup aidé à me dépasser ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *