Le sport en entreprise est un investissement dans le capital santé des collaborateurs

Alors que la qualité de vie au travail se place au cœur des problématiques RH, le sport en entreprise s’impose de plus en plus comme une réponse face à cet enjeu majeur,  un investissement capital humain. Outre les bienfaits évidents sur le bien-être et la santé des collaborateurs, la pratique d’une activité sportive dans un cadre professionnel pourrait impacter positivement l’entreprise sur de nombreux aspects.

Salvatore Iachino, coach sportif à Paris depuis 15 ans, travaille avec des entreprises pour instaurer la pratique du sport auprès des collaborateurs. Il nous aide à comprendre les enjeux de ce véritable levier RH.

Dans quelle mesure la pratique du sport en entreprise peut-elle impacter la productivité et le bien-être du salarié ?

Salvatore Iachino : Le sport est bénéfique à beaucoup de niveaux. D’un point de vue bien-être et santé, il aide à réduire le stress, améliore la posture, renforce le système immunitaire… Et d’un point de vue social, la pratique du sport 

Le coach présente ses activités sportives

en entreprise permet d’améliorer la communication avec ses collègues et ses supérieurs hiérarchiques.

Quelle que soit la pratique de l’activité physique, que l’on soit professionnel ou débutant, le sport permet de se fixer des objectifs et de se dépasser pour les atteindre, ce qui apporte une grande satisfaction et renforce la confiance en soi. Le sport offre aussi une meilleure maîtrise de son corps et de son mental. Il active la pensée, et fait appel à des ressources qui ne seraient pas sollicitées autrement. Tout cela aide à diminuer le stress, et améliore donc la concentration. 

Pour l’entreprise, quels sont les principaux avantages à proposer une activité sportive à ses collaborateurs ?

Il y a quatre avantages principaux pour l’entreprise. Le sport est d’abord bénéfique pour la marque employeur, car il va permettre de fidéliser les collaborateurs, d’augmenter la rétention des talents, et d’attirer les candidats. Il va aussi jouer un rôle très important au niveau social, car il va contribuer à améliorer la cohésion d’équipe. 

Il faut aussi savoir que la sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité dans le monde. Instaurer du sport en entreprise va diminuer les troubles musculo-squelettiques, apporter une meilleure coordination musculaire, et renforcer les muscles posturaux. Le sport va donc améliorer la santé des collaborateurs, diminuer les accidents de travail et l’absentéisme, ce qui signifie une réduction des dépenses et des pertes pour l’entreprise. Pour toutes ces raisons, il est très important de mettre en place du sport au travail.

« Les entreprises ne doivent pas penser en termes de budget, mais en termes d’investissement dans le capital santé des collaborateurs. »

Comment le sport va-t-il améliorer la cohésion d’équipe dans l’entreprise ?

Le sport se fait en équipe, ce qui va favoriser la communication entre les salariés. Quel que soit le niveau hiérarchique, la pratique sportive place tout le monde au même niveau. Chaque collaborateur est dans le même état d’esprit, et fait abstraction de tout le reste.

Le team building sera toujours présent, quel que soit le sport. Un sport d’équipe, comme le foot, va permettre de réunir tout le monde autour d’un objectif commun, c’est-à-dire gagner ensemble. Mais un sport plus individuel, comme un boot camp, va permettre le dépassement de soi, et créer une vraie solidarité de groupe. 

Le sport permet aussi à tous les collaborateurs de s’exprimer. Une personne sportive aura plus de facilités à s’exprimer à l’oral dans un groupe, lors d’une réunion par exemple, surtout si ce groupe rassemble des personnes avec qui elle pratique l’activité physique et sportive. Le sport instaure aussi une grande puissance du respect, entre les collaborateurs et avec les supérieurs hiérarchiques.

 

Concrètement, comment les entreprises peuvent-elles intégrer le sport au quotidien pour les collaborateurs ?

Avant de se lancer, les employeurs doivent se poser certaines questions et prendre en compte plusieurs facteurs. Il faudra penser au coût, et à la manière de mettre en place l’activité sportive. Il est par exemple possible d’aménager les horaires de travail, ou de prolonger la pause déjeuner pour permettre aux collaborateurs de faire de l’exercice en dehors du travail. L’employeur pourra aussi faire appel à un coach sportif d’entreprise, ou bien aux services d’une société externe qui mettra en place ces activités. 

Avant tout, l’employeur doit bien définir son objectif, qui sera différent selon la société. Par exemple, instaurer le sport dans un cabinet d’avocats permettra aux employés de se dépenser et de prévenir le burn out. En revanche, instaurer le sport dans un cabinet de conseil aura un sens totalement différent, plus axé sur la cohésion d’équipe, la fidélisation des talents et l’attractivité.

Un important travail de communication en interne doit aussi être réalisé pour amener le collaborateur à pratiquer le sport. Tout dépend finalement du leadership. Si l’employeur n’est pas convaincu par l’intérêt de la pratique du sport en entreprise, il ne sera jamais possible de l’instaurer dans la société, car le sport nécessite une certaine motivation, surtout pour les collaborateurs n’ayant pas l’habitude d’en pratiquer.

Il faut donc une réelle prise de conscience et une grande conviction de la part de l’employeur pour que la pratique du sport soit favorable aux collaborateurs et à l’entreprise.

D’après une étude d’Opinion Way, 75% des dirigeants déclarent ne pas avoir pour projet de développer une offre sportive dans leur entreprise. Pourquoi cela n’est-il pas plus répandu et quels sont les freins éventuels pour l’employeur ?

En France, nous avons un peu de retard sur cette question par rapport aux États-Unis, au Royaume-Uni ou à la Suède, des pays où le sport est très intégré dans les entreprises. Selon moi, ce n’est qu’une question de temps avant que les gens n’en prennent pleinement conscience. 

Les freins sont souvent liés au financement, car les employeurs n’ont pas assez de recul par rapport aux gains que peut engendrer une pratique sportive en entreprise. Il faut en réalité comprendre qu’il ne s’agit pas d’un budget, mais d’un investissement qualitatif.

Je pense qu’il y a tout de même une évolution dans les esprits et au sein des ressources humaines. J’ai commencé à travailler auprès d’entreprises il y a deux ans, et à l’époque, personne ne connaissait la QVT (Qualité de vie au travail), alors que ce concept est aujourd’hui totalement intégré dans les problématiques RH. Il y a donc du changement, mais il faudra plus de temps pour faire prendre pleinement conscience aux employeurs des bénéfices du sport en entreprise.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre activité de coach sportif en entreprise ?

J’interviens auprès de toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. En fonction de l’activité, je propose des exercices adaptés. Par exemple, s’il s’agit d’une activité très sédentaire, je mettrai en place un travail sur les trapèzes, les muscles de la nuque, des épaules et du dos. Si les employés portent des charges lourdes, le travail se fera surtout sur le bas du dos et sur la ceinture abdominale. Et si l’objectif est de se challenger, je vais instaurer des objectifs physiques qui amèneront au dépassement de soi. L’employeur peut aussi m’indiquer où se situe l’équipe à un instant T, et me demander de l’amener à tel ou tel niveau à l’instant T+1. En fonction de l’objectif, je vais donc mettre en place un programme adapté à ce besoin, que ce soit pour diminuer le stress, l’absentéisme, ou bien améliorer le bien-être des salariés.  

Vous souhaitez intégrer la pratique du sport au sein de votre entreprise ? Découvrez les services d’iCoach Health & Form avec Salvatore Iachino, coach sportif en entreprise à Paris.

Site internet :  : https://www.icoachdom.com  

Mobile : +33687712213

Mail : salvatore.iachino@icoachdom.com

Le sport en entreprise en quelques chiffres : 

  • 94% des salariés pratiquant le sport en entreprise sont satisfaits.
  • 100% des dirigeants proposant des APS à leurs salariés recommandent la démarche pour améliorer le bien-être des collaborateurs (89%) et faciliter l’intégration et l’esprit d’équipe (87%).
  • Un salarié pratiquant au moins 30 minutes de sport par jour gagnerait en moyenne 12 % de productivité, selon une étude menée par Santé Canada.
  • Une activité sportive régulière revient, pour l’entreprise, à réaliser une économie de 7 à 9 % sur les frais de santé annuels d’un salarié.

Source : baromètre du Think & Do Tank “Vitalité, Sport & Entreprise”, réalisé par OpinionWay et Generali, 2018.

Soraya Ben Aziza

Rédactrice web

Journaliste de formation et rédactrice d’articles optimisés, pour médias et blogs d’entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *